Organe de l’audition et de l’équilibre
Les organes de l’audition et de l’équilibration (article médical)
4.8 (95.52%) 67 vote[s]

Le nerf vestibulo-cochléaire

nerf vestobulo-cochléaire-nerf sensoriel de l'oreille

Le nerf vestibulo-cochléaire est un nerf sensoriel. Il est formé de deux parties :

  • Le nerf cochléaire,
  • Le nerf vestibulaire.

Le nerf vestibulo-cochléaire pénètre dans le pont au niveau de l’extrémité latérale du sillon bulbo-protubérantiel, en dehors du nerf facial et un peu au-dessus et en avant du nerf glosso-pharyngien.

Diagramme de l'oreille interne, externe et moyenne

Diagramme de l’oreille interne, l’oreille moyenne et l’oreille externe.

Origines réelles 

  • Les noyaux cochléaires

Les noyaux cochléaires du tronc cérébral reçoivent les informations recueillies au niveau des cellules ciliées internes et externes de l’organe spiral (organe de Corti), par la racine cochléaire du nerf vestibulo-cochléaire. Les dentrites traversent la lame spirale et rejoignent le canal spiral du modiolus (canal de Rosenthal).

oreille, audition, diagramme du ganglion et de l'orage de Corti superposé à des préparations anatomiques en corrélation avec des vues d'IRM

 

Diagrammes pour la mise en évidence des rapports du modulos avec le nerf cochléaire et de la lame spirale osseuse pour les rapports de communications entre le canal cochléaire et les rampes vestibulaires et cochléaire; imagerie en corrélation avec un diagramme pour les crêtes ampullaires avec, pour chacune, la mise en évidence du nerf ampullaire correspondant.

Le complexe nucléaire cochléaire se situe sur le versant dorso-latéral du tronc cérébral, à la jonction bulbo-pontique. Il est constitué de deux noyaux ventral et dorsal.

Le noyau cochléaire ventral (antérieur) est situé à la face antéro-externe du corps restiforme, le noyau cochléaire dorsal (postérieur) au contact du recessus latéral du 4ème ventricule. C’est à ce niveau que l’on vient placer l’électrode en cas de stimulation centrale.

diagramme des noyaux cochléaires et vestibulaires, organes de l'équilibre et de l'audition

Les deutoneurones des voies cochléaires rejoindront le corps géniculé médial après une décussation à 80%. Ils constituent le lemniscus latéral, véritable chaine polysynaptique. Du corps géniculé médial partira le neurone terminal qui se termine au niveau du gyrus temporal transverse.

  • Les noyaux vestibulaires

Les noyaux vestibulaires recueillent les influx nés à la base des cellules ciliées de l’épithélium vestibulaire des canaux semi-circulaires, de l’utricule et du saccule, l’ensemble constituant le labyrinthe.

diagramme et imagerie de l'utricule, des crêtes ampullaires et du nerf vestibulaire

Diagrammes et imageries de l’utricule, des crêtes ampullaires et du nerf vestibulaire.

Les dentrites du nerf vestibulaire se rassemblent en deux racines :

  • Vestibulaire supérieure (fusion du nerf utriculaire et des nerfs de crêtes ampullaires des canaux semi-circulaires antérieur et latéral)
  • Et vestibulaire inférieure (fusion du nerf de la macule sacculaire et du canal semi-circulaire postérieur).

Ces deux racines rejoignent le ganglion vestibulaire (ganglion de Scarpa), situé dans le fond du méat acoustique interne.

Les noyaux vestibulaires situés à la jonction bulbo-pontique sont classiquement segmentés en quatre groupes supérieurs :

  • Le noyau vestibulaire supérieur (Bechterew),
  • Le noyau médial (triangulaire),
  • Le noyau latéral (Deiters),
  • Le noyau inférieur (descendant).

Ils se projettent sur l’archéocérebellum ainsi que sur le thalamaus et le cortex cérébral, par les voies vestibulaires centrales et vers la moelle spinale par le tractus vestibulo-spinal.

oreille, équilibre et audition : les noyaux vestibulaires 

Origine apparente : le sillon bulbo-protubérantiel

Le nerf vestibulo-cochléaire est un nerf sensoriel. Il est formé de 2 parties : le nerf cochléaire (nerf de l’audition) et le nerf vestibulaire (nerf de l’équilibration).

Le nerf cochléaire s’unit au nerf vestibulaire, traverse le méat acoustique interne, devient intra-cisternal, puis pénètre dans le névraxe par la partie latérale du sillon bulbo-protubérantiel. Il se termine dans les noyaux cochléaires, à la partie inférieure du pont : le noyau antérieur et le noyau dorsal.

Le nerf vestibulaire recueille dans l’oreille interne, puis transmet aux centres, les impressions auditives.

oreille interne, moyenne et externe : le sillon bulbo-protubérantiel

  1. Nerf vestibulo-cochléaire
  2. Nerf cochléaire

  3. Ganglion de Corti
  4. Rampe tympanique
  5. Cellules ciliées externes
  6. Canal cochléaire
  7. Rampe vestibulaire
  8. Cellules interdentales
  9. Cellules de Hensen
  10. Canal cochléaire
  11. Membrane tectoria
  12. Membrane de reissner
  13. Cochlée
  14. Nerf vestibulaire

  15. Ganglion vestibulaire de Scarpa
  16. Nerf ampullaire antérieur
  17. Nerf ampullaire antérieur (pénétrant dans l’ampoule du canal semi-circulaire antérieur)
  18. Neuro-épithélium (cellules de soutien)
  19. Cellules ciliées
  20. Cupule
  21. Labyrinthe osseux
  22. Labyrinthe membraneux ; 22b. Espace périlymphatique
  23. Canal semi-circulaire antérieur ; 23b. Canal osseux commun
  24. Nerf ampullaire latéral
  25. Sulcus ampullaris
  26. Crête ampullaire
  27. Zone de transition
  28. Canal semi circulaire latéral
  29. Nerf ampullaire postérieur
  30. Canal semi circulaire postérieur
  31. Nerf utriculaire
  32. Stéréocil
  33. Cellules ciliées
  34. Paroi membraneuse de l’utricule
  35. Nerf sacculaire
  36. Vestibule
  37. Nerf du foramen singulare
  38. Nerf facial

  39. Nerf intermédiaire
  40. Méat acoustique externe

  41. Membrane du tympan
  42. Manche du malléus
  43. Processus antérieur du malléus
  44. Processus latéral du malléus
  45. Col du malléus
  46. Tête du malléus
  47. Ligament latéral du malléus
  48. Ligament supérieur du malléus
  49. Muscle du malléus
  50. Branche courte de l’incus
  51. Corps de l’incus
  52. Ligament supérieur de l’incus
  53. Ligament postérieur de l’incus
  54. Branche longue de l’incus
  55. Processus lenticulaire de l’incus
  56. Muscle du stapes
  57. Tête du stapes
  58. Branche postérieure du stapes
  59. Fenêtre ovale et base du stapes
  60. Mur de l’attique
  61. Antre mastoïdien
  62. Trompe auditive
  63. Muscle tenseur du tympan

Oreille interne, voies vestibulo-cochléaires, organes de l’audition et de l’équilibration

Organe spiral de Corti, utricule, saccule, vestibule, canaux semi circulaires

IRM frontales du nerf vestibulo-cochléaire, en vues axiales. Oreille, audition, équilibre, perte auditive.

Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) frontale du nerf vestibule-cochléaire (a, b) ; en vues axiales (c, f) ; étude des voies vestibule-cochléaires (g, i).

L’oreille interne comprend :

  • Le labyrinthe osseux. Il est formé de 3 parties :
    • Moyenne, le vestibule ;
    • Postérieure, les conduits semi circulaires ;
    • Antérieure, le limaçon.
    • Le méat acoustique interne fait également partie du labyrinthe osseux.
  • Le labyrinthe membraneux.  Du labyrinthe membraneux naissent les voies nerveuses vestibulaires et acoustiques.

vues antérieure et postérieure du labyrinthe osseux; tomographies des conduits circulaires, vestibule et canal facial

fig.8 : Vues antérieure (a) et postérieure (b) du labyrinthe osseux.

fig. 9 (a, b) : Tomographies des conduits semi circulaires, vestibule et le canal facial (pièce anatomique).

  • Anatomie

Le ganglion de Corti occupe, dans le limaçon, l’étendue du canal spiral (de Rosenthal).

Les ramifications d’origine du nerf vestibulo-cochléaire rejoignent le ganglion cochléaire par les canalicules de la lame spirale.

Les cylindraxes des cellules du ganglion cochléaire constituent les fibres du nerf cochléaire. Ce nerf rejoint le pont dans la partie latérale du sillon bulbo-protubérantiel. Il se termine dans les noyaux cochléaires ventral et dorsal.

Le ganglion de Scarpa est logé dans le fond du méat acoustique interne.

Préparation de la cochlée montrant l'organe de Corti, oreille interne

Méat acoustique interne, oreille interne

Vues d'IRM et préparation de la cochlée montrant le détail de l'organe de Corti (a,c) ; diagrammes, tomographies, IRM et coupe anatomique pour les nerfs vestibulaire et cochléaire ainsi que les cavités de l'oreille interne (d, j).

Vues d'IRM et préparation de la cochlée montrant le détail de l'organe de Corti (a,c) ; diagrammes, tomographies, IRM et coupe anatomique pour les nerfs vestibulaire et cochléaire ainsi que les cavités de l'oreille interne (d, j).

Vues d’IRM et préparation de la cochlée montrant le détail de l’organe de Corti (a,c) ; diagrammes, tomographies, IRM et coupe anatomique pour les nerfs vestibulaire et cochléaire ainsi que les cavités de l’oreille interne (d, j).

Les prolongements protoplasmiques des cellules conduisent les influx provenant du saccule, de l’utricule et des crêtes ampullaires.

Les cylindraxes forment les fibres du nerf vestibulaire. Celui-ci pénètre dans le pont, avec le nerf cochléaire, en dedans dans ce dernier. Il se termine dans les noyaux vestibulaire du bulbe.

  • Recherche

Neurinome de l’acoustique ; volumineux cholestéatome de la région antro-adito-atticale en expansion interne, susceptible de léser soit le vestibule, soit la région cochléaire ; otospongiose de la base du stapes au stade 5, pénétrant dans le vestibule et le premier tour de spire du limaçon ; fracture labyrinthique osseuse, en particulier du méat acoustique interne ; fracture par disjonction suturaire lambdoïdienne (irradiée).

  • Le labyrinthe membraneux

Le labyrinthe membraneux est composé par un système de cavités à parois membraneuses. Le labyrinthe postérieur est destiné à l’équilibration, il est formé par le saccule, l’utricule, les canaux semi circulaires et le système endolymphatique. Le canal cochléaire forme le labyrinthe antérieur consacré à l’audition. Ces cavités sont réunies entre elles par des canaux et remplies par un liquide : l’endolymphe. Les canaux semi circulaires et le canal cochléaire suivent les cavités osseuses. Entre le labyrinthe osseux et le labyrinthe membraneux se trouve un deuxième compartiment liquidien : la périlymphe.

Diagrammes anatomiques pour le système endolymphatique; tomodensitométrie axiale de l'aqueduc du vestibule et du canal endolymphatique; photographie de la région postérieure du rocher montrant l'ouverture externe de l'aqueduc du vestibule avec le diagramme du sac endolymphatique.

Diagrammes anatomiques (a,b) pour le système endolymphatique; Tomodensitométrie axiale (d) de l’aqueduc du vestibule et du canal endolymphatique; photographie de la région postérieure du rocher (c) montrant l’ouverture externe de l’aqueduc du vestibule (fossette unguéale) avec le diagramme du sac endolymphatique.

Diagramme pour les espaces périlymphatiques; vue anatomique postérieure de la région vestibule-cochléaire : imagerie de l'aqueduc de la cochlée : TDM de l'aqueduc de la cochlée et de l'ouverture externe de son canalicule.

Diagramme (a) pour les espaces périlymphatiques; vue anatomique postérieure de la région vestibule-cochléaire (b) : imagerie (d) de l’aqueduc de la cochlée : TDM (c,e) de l’aqueduc de la cochlée et de l’ouverture externe de son canalicule.

  • L’organe de Corti

L’organe de Corti est un élément neuro-sensoriel, où sont situés les récepteurs de l’audition, qui repose sur la membrane basilaire entre deux sillons :

  • Le sillon spiral externe,
  • Le sillon spiral interne.

Les cellules sensorielles de l’organe de Corti se composent de trois rangées de cellules ciliées externes formées par des stéréocils. Ces cellules auraient des propriétés contractiles. Il existe une seule rangée de cellules ciliées internes.

oreille, audition, diagramme du ganglion et de l'orage de Corti superposé à des préparations anatomiques en corrélation avec des vues d'IRM

  • La membrane de Corti

Elle est constituée par une couche gélatineuse et une couche superficielle fibreuses; elle se divise en trois segments : le segment interne, le segment moyen, le segment externe.

diagrammes du ganglion et de l'organe spiral de Corti superposés à des préparations anatomiques en corrélation avec des vues d'IRM

diagrammes du ganglion et de l'organe spiral de Corti superposés à des préparations anatomiques en corrélation avec des vues d'IRM

Diagrammes du ganglion et de l’organe spiral de Corti superposés à des préparations anatomiques en corrélation avec des vues d’IRM.

  • L’utricule

L’utricule est une vésicule de forme allongée et ovale, solidement fixée par des filets nerveux utriculaires et par du tissu conjonctif. La macule de l’utricule représente la région sensorielle qui est située sur le plancher, en avant, en regard de la fossette semi-ovoïde puis dans un plan horizontal. La branche utriculaire du canal endolymphatique s’ouvre juste en arrière. Les canaux semi circulaires débouchent dans l’utricule en deux groupes :

  • L’orifice ampullaire du canal postérieur et l’orifice non ampullaire du canal latéral,
  • Les orifices ampullaires des canaux antérieur et latéral dans le plafond de l’extrémité antérieure.

Fenestration du vestibule pour la mise en évidence des parois perforées osseuses permettant l'engagement des canaux semi circulaires, des orifices des aqueducs de la cochlée et du vestibule, puis le même vestibule fenêtré montrant la situation de l'utricule, saccule et le canal endolymphatique.

Fenestration du vestibule pour la mise en évidence des parois perforées osseuses permettant l'engagement des canaux semi circulaires, des orifices des aqueducs de la cochlée et du vestibule, puis le même vestibule fenêtré montrant la situation de l'utricule, saccule et le canal endolymphatique.

Fenestration du vestibule pour la mise en évidence des parois perforées osseuses permettant l’engagement des canaux semi circulaires, des orifices des aqueducs de la cochlée et du vestibule (a,b), puis le même vestibule fenestré montrant la situation de l’utricule, saccule et le canal endolymphatique (c,e).

  • Le saccule

C’est une vésicule arrondie, il se repose sur le plancher du vestibule, son pôle inféro-postérieur donne le canalis réuniens qui le relie au canal cochléaire. De son pôle postéro-interne naît la branche sacculaire du canal endolymphatique. La macule du saccule est placée verticalement sur la face médiale.

  • Les canaux semi circulaires

Les canaux semi circulaires sont les trois tubes membraneux qui s’ouvrent par cinq orifices dans l’utricule. Chaque tube parcourt le canal osseux, n’occupant que plus d’un quart environ de son diamètre, puis il y est accolé par son bord périphérique. Chaque conduit semi circulaire possède une membrane propre d’où repose une membrane basale supportant des cellules épithéliales. Les ampoules sont des dilatations des canaux semi circulaires et sont très proches de l’utricule.

  • Chaque ampoule possède un sillon qui est un repli situé sur sa partie médiale, correspondant à une saillie appelée crête acoustique. Les fibres nerveuses pénètrent par ce sillon.
  • Chacune des crêtes acoustiques est recouverte par un neuro-épithélium, d’où les cellules sont caractérisées par la présence d’un kinocil et de stéréocils plus minimes.

Diagrammes et imageries de l'utricule, des crêtes ampullaires et du nerf vestibulaire

Diagrammes et imageries de l’utricule, des crêtes ampullaires et du nerf vestibulaire.

 

Diagrammes pour la mise en évidence des rapports du modulos avec le nerf cochléaire et de la lame spirale osseuse pour les rapports de communications entre le canal cochléaire et les rampes vestibulaires et cochléaire; imagerie en corrélation avec un diagramme pour les crêtes ampullaires avec, pour chacune, la mise en évidence du nerf ampullaire correspondant.

Pour chaque ampoule, les stéréocils sont placés du même côté du kinocil. Pour le canal latéral, les kinocils sont placés du côté utriculaire. Pour les ampoules postérieures, c’est l’inverse.

La cupule est une masse qui repose sur le neuro-épithélium fixée aux parois de l’ampoule et ferme hermétiquement chaque canal et l’inertie des liquides endolabyrinthiques, déterminant des déformations qui sont analysées par les stéréocils et les kinocils plongeant vers l’intérieur et décrivant avec elle des mouvements angulaires pendant les accélérations.

Le système endolymphatique, les espaces périlymphatiques

Le système endolymphatique

  • Le canal endolymphatique

Le canal endolymphatique naît de la réunion de deux canalicules issus du saccule et de l’utricule. Le segment utriculaire s’unit dans l’utricule par une fissure très mince. Le canal endolymphatique présente d’abord une première portion élargie intra-vestibulaire : le sinus. Puis se rétrécit au niveau de l’isthme s’infiltrant dans l’aqueduc du vestibule, puis le canal s’accroît à nouveau. Sur presque toute son étendue, il est tapissé d’un tissu conjonctif. L’épithélium qui l’entoure est variable selon certaines régions.

  • Le sac endolymphatique

Le sac endolymphatique est le prolongement du canal et termine ce dernier, puis constitue une réel prolongement intra-crânien du labyrinthe membraneux, il mesure environ 10mm de largeur, débordant de la fossette unguéale se dédoublant de la dure-mère.

labyrinthe osseux et membraneux de l'oreille

 

oreille et vestibule

Les espaces périlymphatiques

  • L’aqueduc de la cochlée et le conduit périlymphatique

L’aqueduc de la cochlée est en rapport avec les espaces périlymphatiques. Son orifice est formé sur la paroi médiale de la cochlée, très près de la fenêtre ronde de la face inférieure de la lame spirale. Son canal se dirige en arrière vers le bas et dedans. Il s’insinue sous l’ampoule du canal semi circulaire postérieur et au bord de méat acoustique. Il se termine à la partie inférieure de la pyramide et s’ouvre dans la partie creuse de la fossette pétreuse (loge du ganglion d’Andersch) entre le canal jugulaire, vers l’arrière et en avant du canal carotidien, près du canicule tympanique de Jacobson. Ce conduit périlymphatique est en communication entre l’espace périlymphatique et les espaces subarachnoïdiens situés entre l’arachnoïde et la pie-mère.

Sac endolymphatique, canal endolymphatique, aqueduc du vestibule

Diagrammes anatomiques pour le système endolymphatique; tomodensitométrie axiale de l'aqueduc du vestibule et du canal endolymphatique; photographie de la région postérieure du rocher montrant l'ouverture externe de l'aqueduc du vestibule avec le diagramme du sac endolymphatique.

Diagrammes anatomiques (a,b) pour le système endolymphatique ; Tomodensitométrie (TDM) axiale de l’aqueduc du vestibule et du canal endolymphatique ; photographie de la région postérieure du rocher (c) montrant l’ouverture externe de l’aqueduc du vestibule (fossette unguéale) avec le diagramme du sac endolymphatique.

Espaces périlymphatiques : conduit périlymphatique, aqueduc de la cochlée

Diagramme pour les espaces périlymphatiques; vue anatomique postérieure de la région vestibule-cochléaire : imagerie de l'aqueduc de la cochlée : TDM de l'aqueduc de la cochlée et de l'ouverture externe de son canalicule.

Diagramme (a) pour les espaces périlymphatiques; vue anatomique postérieure de la région vestibule-cochléaire (b) : imagerie (d) de l’aqueduc de la cochlée : TDM (c,e) de l’aqueduc de la cochlée et de l’ouverture externe de son canalicule.

Vascularisation labyrinthique

Artère cerebelleuse antero-inférieure, artère labyrinthique, artères vestibulaire et cochléaire

Vascularisation de l’oreille interne

Vascularisation de l'oreille interne.

La vascularisation de l’oreille interne osseuse et de l’oreille interne membraneuse est indépendante.

Celle du labyrinthe osseux est assuré par :

  • L’artère stylo-mastoïdienne branche de l’artère auriculaire postérieure,
  • L’artère tympanique inférieure branche de l’artère pharyngienne ascendante,
  • L’artère subarcuata née soit directement de l’artère cérébelleuse antérieure et inférieure, soit plus particulièrement de l’artère auditive interne. L’artère subarcuata passe par le canal pétro-mastoïdien.

La vascularisation du labyrinthe membraneux est spécifique. L’artère labyrinthique ou artère auditive interne : née de l’artère cérébelleuse inféro-antérieure (l’artère cérébelleuse moyenne) ou directement de l’artère basilaire, elle pénètre dans le fond du méat acoustique interne et se divise en trois  branches :

  • L’artère cochléaire,
  • L’artère vestibulaire antérieure,
  • L’artère vestibulo-cochléaire.

L’artère cochléaire pénètre dans le modiolus où elle forme une spirale en donnant naissance à deux sortes d’artères radiales :

  • Les artérioles radiales externes cheminant sous la rampe vestibulaire osseuse distribuent quatre principaux réseaux capillaires :
    • Le réseau du bourrelet spiral,
    • Le réseau supra-strial qui pourrait être la principale source de la périlymphe,
    • La strie vasculaire,
    • Le réseau infrastrial directement anastomosé au réseau veineux.
  • Les artérioles radiales internes sont destinées au ganglion spiral de Corti, vers la lame spirale osseuse. L’artère vestibulaire antérieure donne des rameaux destinés à la face postérieure, de l’utricule, du saccule et se répartit aux canaux semi circulaires latéral et antérieur.

L’artère vestibulo-cochléaire se divise en deux rameaux :

  • Le rameau cochléaire irrigue le quart basal du canal cochléaire puis s’anastomose au ramus cochléaris,
  • Le rameau vestibulaire postérieur vascularise la macule du saccule, les parois et l’ampoule du canal semi circulaire postérieur et les pôles inférieurs du saccule de l’utricule.

Diagramme pour la vascularisation labyrinthique, en superposition à une vue tomodensitométrie des canaux semi circulaires et cochléaire

Diagramme pour la vascularisation labyrinthique, en superposition à une vue tomodensitométrique des canaux semi circulaires et cochléaire.

Veines

Elles distribuent en deux principaux réseaux :

  • Le réseau de l’aqueduc de la cochlée,
  • Le réseau de l’aqueduc du vestibule.

Le réseau de l’aqueduc de la cochlée rassemble :

  • Des veinules en provenance des zones sensorielles du vestibule:
    • La vene vestibulaire postérieure (ampoule du canal semi circulaire postérieure, saccule);
    • La veine vestibulaire antérieure (utricule).
  • La veine modulaire commune, elle est formée par la réunion de deux vaisseaux : la veine spirale postérieure et la veine spirale antérieure.
    • La veine spirale postérieure draine le ganglion spiral et s’anastomose avec le réseau capillaire infrastrial;
    • La veine spiral antérieure draine toute la région du limbus spiralis puis s’anastomose à ce niveau avec les artérioles radiales internes;
    • dans le modiolus, les veines spirales postérieure et antérieure s’anastomosent en plusieurs points.
  • La veine de la fenêtre ronde.

Ce réseau se draine dans la veine de l’aqueduc de la cochlée cheminant dans un canal parallèle à cet aqueduc.

Le réseau de l’aqueduc du vestibule réunit les veines provenant des zones non sensorielles du labyrinthe vestibulaire et particulièrement, les veines des canaux semi circulaires. Se formant ainsi la veine de l’aqueduc du vestibule qui s’insinue dans un canal parallèle à l’aqueduc puis reçoit les veines du sac endolymphatique.

Ces deux réseaux se jettent dans le sinus pétreux inférieur puis dans le golfe de la veine jugulaire.

vascularisation de l'oreille moyenne et de l'oreille interne

Vascularisation

Artère labyrinthique

A – Artère vertébrale

B – Artère basilaire

C – Artère cérébelleuse antéro-inférieure

D – Artère labyrinthique

E – Artère vestibulaire antérieure

F – Artère cochléaire commune

G – Artère cochléaire postérieure

H – Branche cochléaire de l’artère vestibulo-cochléaire

I – Artère vestibulo-cochléaire

J – Branche vestibulaire de l’artère vestibulo-cochléaire

K – Artère sub-arcuata (s’anastomose dans l’oreille moyenne avec les ranches de la carotide externe)

L –  Artère récurrente

M – Artère cérébelleuse supérieure

N – Artère cérébelleuse postérieure

O – Artère communicante supérieure

Oreille moyenne et externe

40 – Méat acoustique externe

41 – Membrane du tympan

42 – Manche du malléus

43 – Processus antérieur du malléus

44 – Processus latéral du malléus

45 – Col du malléus

46 – Tête du malléus

47 – Ligament latéral du malléus

48 – Ligament supérieur du malléus

49 – Muscle du malléus

50 – Branche courte de l’incus

51 – Corps de l’incus

52 – Ligament supérieur de l’incus

53 – Ligament postérieur de l’incus

54 – Branche longue de l’incus

55 – Processus lenticulaire de l’incus

56 -Muscle du stapes

57 – Tête du stapes

58 – Branche postérieure du stapes

59 – Fenêtre ovale et base du stapes

60 – Mur de l’attique

61 – Antre mastoïdien

62 – Trompe auditive

63 – Muscle tenseur du tympan

Coupe axiale du tronc cérébral au niveau du nerf vestibule-cochléaire et de l'artère labyrinthique dans le méat acoustique interne

Coupe axiale du tronc cérébral au niveau de nerf vestibulo-cochléaire et de l'artère labyrinthique dans le méat acoustique interne (a) ; dissection du tronc cérébral pour l'artère cérébelleuse antéro-inférieure (b) ; coupe anatomique axiale (c) vues d'IRM (d, g, h i) et diagrammes (e, f) montrant les rapports vasculaires des nerfs vestibulaire, cochléaire, facial et de l'intermédiaire.

Coupe axiale du tronc cérébral au niveau de nerf vestibulo-cochléaire et de l'artère labyrinthique dans le méat acoustique interne (a) ; dissection du tronc cérébral pour l'artère cérébelleuse antéro-inférieure (b) ; coupe anatomique axiale (c) vues d'IRM (d, g, h i) et diagrammes (e, f) montrant les rapports vasculaires des nerfs vestibulaire, cochléaire, facial et de l'intermédiaire.

Coupe axiale du tronc cérébral au niveau de nerf vestibulo-cochléaire et de l’artère labyrinthique dans le méat acoustique interne (a) ; dissection du tronc cérébral pour l’artère cérébelleuse antéro-inférieure (b) ; coupe anatomique axiale (c) vues d’IRM (d, g, h i) et diagrammes (e, f) montrant les rapports vasculaires des nerfs vestibulaire, cochléaire, facial et de l’intermédiaire.

 

Vues d'IRM de l'angle ponta-cérébelleux au niveau des nerfs acoustique facial avec la superposition du diagramme de l'artère cérébelleuse antéro-inférieure, en corrélation avec une coupe anatomique au même niveau ; diagramme de la vascularisation artérielle et veineuse de l'oreille interne

Vues d'IRM de l'angle ponta-cérébelleux au niveau des nerfs acoustique facial avec la superposition du diagramme de l'artère cérébelleuse antéro-inférieure, en corrélation avec une coupe anatomique au même niveau ; diagramme de la vascularisation artérielle et veineuse de l'oreille interne

Vues d’IRM de l’angle ponta-cérébelleux au niveau des nerfs acoustique facial avec la superposition du diagramme de l’artère cérébelleuse antéro-inférieure (a, b), en corrélation avec une coupe anatomique au même niveau (c) ; diagramme de la vascularisation artérielle et veineuse de l’oreille interne (d, f).

Oreille moyenne, chaine ossiculaire

Muscles, ligaments, cavités aériennes naso-tubaires, espace épitympanique

Diagramme des osselets et de leurs ligaments; vue anatomique de la chaîne ossiculaire

Diagramme des osselets et de leurs ligaments (a) ; vue anatomique de la chaîne oscillera (b).

Oreille moyenne (organe de transmission)

  • Anatomie

L’oreille moyenne est une longue cavité contenant de l’air. Elle est formée de trois parties :

  • La caisse du tympan,
  • La trompe auditive (ou trompe d’Eustache),
  • Les cavités mastoïdiennes.

La caisse du tympan creusée dans l’os temporal, est séparée de l’oreille externe par la membrane tympanique et de l’oreille interne par :

  • En haut, la fenêtre du vestibule qui répond au vestibule,
  • En bas, la fenêtre de la cochlée répondant à la rampe tympanique du limaçon.

L’oreille moyenne est en communication avec le rhino-pharynx par la trompe auditive. Elle est occupée par la chaîne des osselets : le malléus, l’incus, le stapes qui relient le tympan à la fenêtre du vestibule.

Le malléus présente une tête, un col, un manche et deux processus : l’un antérieur, l’autre postérieur. La tête du malléus s’unit au corps de l’incus : l’articulation incudo-malléaire.

L’incus est situé en arrière du malléus, il présente un corps et deux branches, supérieure et inférieure. Situé dans l’attique, le corps est aplati de dehors en dedans, sa face articulaire s’adapte à la surface articulaire de la tête du malléus.

  • La branche supérieure ou horizontale est courte et épaisse, en forme de cône aplati; son extrémité postérieure est en appui sur l’échancrure située à l’angle inféro-antérieur de l’ostium, de l’aditus ad antrum.
  • La branche inférieure est plus étroite et plus longue que la précédente, elle descend d’abord presque verticalement en arrière et en dedans du manche du malléus. Son extrémité inférieure s’incline en dedans pour se terminer en un tubercule arrondi : le processus lenticulaire où s’articule le stapes. Le stapes est situé en dedans de l’incus, puis s’étend presque horizontalement du processus lenticulaire à la fenêtre du vestibule (ovale).

Le tapes présente : une tête, une base (platine) et deux branches. En dehors, la tête est creusée d’une cavité glénoïde qui s’articule avec le processus lenticulaire de l’incus. Le stapes  est une membrane ovale en rapport avec la fenêtre du vestibule. Les branches du stapes sont au nombre de deux : antérieure et postérieure.

Connexion des osselets : les osselets sont unis entre eux par des articulations :

  • L’articulation incudo-malléaire,
  • L’articulation incudo-stapédienne.

Les muscles moteurs des osselets sont au nombre de deux :

  • Le muscle du stapes : il occupe un canal osseux, creusé dans l’épaisseur de la paroi postérieure de la caisse du tympan; le canal du muscle du stapes est situé en avant de la partie supérieure du canal facial. Ce muscle s’insère sur le côté postérieur de la tête du stapes.
  • Le muscle du malléus : il est contenu dans le canal osseux situé à la paroi supérieure de l’orifice osseux de la trompe auditive; il s’insère à l’extrémité supérieure du manche du malléus.

Oreille moyenne, organe de transmission. Diagramme des osselets et de leurs ligaments; vue anatomique de la chaîne ossiculaire

Trompe auditive

Ostiums tympanique et pharyngien de la trompe auditive, fossette de Rosenmüller

La trompe auditive est le conduit d’aération de l’oreille moyenne : elle fait communiquer le cavum tympani avec le rhino-pharynx, de là, l’air pénètre à chaque mouvement de déglutition pour maintenir l’équilibre de pression de part et d’autre du tympan.

La trompe auditive est en avant du cavum, de l’aditus, de l’antre mastoïdien. Elle se dirige obliquement en avant, en bas et en dedans.

La trompe auditive est constituée de deux parties, osseuse en arrière, fibro-cartilagineuse en avant. Elle est tapissée par une muqueuse.

Lorsque le canal est obstrué soit par un sarcome ou par des tumeurs du cavum, du rhino-pharynx, tympano-jugulaire ou du récessus pharyngien, il se produit un refoulement du tympan vers l’intérieur de sa cavité, l’équilibre de part et d’autre de la membrane n’existe plus, le stapes s’enfonce alors dans la fenêtre du vestibule provoquant ainsi une hypoacousie, des vertiges, des bourdonnements intenses et continuels. Il est alors nécessaire d’explorer la trompe auditive (trompe d’Eustache).

Coupe anatomique axiale au niveau du labyrinthe, avec la mise en évidence des méats acoustiques interne et externe et des nerfs auditifs et facial.

Coupe anatomique axiale au niveau du labyrinthe, avec la mise en évidence des méats acoustiques interne et externe et des nerfs auditif et facial.

Coupe anatomique axiale au niveau du labyrinthe, avec la mise en évidence des méats acoustiques interne et externe et des nerfs auditif et facial.

Tomodensitométrie (TDM) (a) et coupes anatomiques (b,c) des trompes auditives et des défilés antro-adito-atticaux ; diagrammes (d) de la trompe auditive de son ostium tympanique à son ostium pharyngien.

Tomodensitométrie (TDM) (a) et coupes anatomiques (b,c) des trompes auditives et des défilés antro-adito-atticaux ; diagrammes (d) de la trompe auditive de son ostium tympanique à son ostium pharyngien.

Oreille externe

Méat auditif externe

L’oreille externe est formée de deux segments : l’auricule et le méat acoustique externe.

Le méat acoustique externe est un canal qui s’étend de la conque à la membrane du tympan. La paroi du méat est cartilagineuse, recouverte sur toute l’étendue de sa surface interne d’un revêtement cutané faisant suite à la peau de l’auricule.

L’oreille externe, par sa forme, ses rapports immédiats, est l’organe récepteur du son, qui chez l’homme, a un rôle très minime.

En cas de fractures temporales, et si le patient présente une otorragie accompagnée de bourdonnements avec une hypoacousie, l’examen radiologique du méat acoustique externe est nécessaire. En effet, une fracture temporale peut se perdre dans les parois du méat acoustique externe, atteindre et déplacer le récessus épitympanique inférieur (ou mur de la logette) et provoquer une obstruction de l’aditus ad antrum. Cette fracture peut aussi se prolonger jusque la chaîne ossiculaire et provoquer une luxation incudo-malléaire ou stapédienne, le stapes risque de s’enfoncer dans la fenêtre du vestibule entraînant des bourdonnements continuels.

Autres cas pathologiques du méat acoustique externe :

  • Une tympano-sclérose,
  • Un cholestéatome astral et antro-adito-attical en expansion supérieure et inféro-externe peut, après avoir lysé le tegmen tympani, éroder le toit du méat acoustique externe.

Tomodensitométrie (TDM) et diagramme anatomique frontaux du méat acoustique externe.

Tomodensitométrie (TDM) et diagramme anatomique frontaux du méat acoustique externe.

 

——

Sources et références :

Atlas des organes de l’audition et de l’équilibration, Guide pratique pour l’oto-rhino-laryngologie – André Leblanc, édition Springer

• Jan W. Casselman, Dr de Neuro-radiologie et radiologie de la tête et du cou

• Y.S Cordoliani, Professeur de Neuro-radiologie. Hôpital des Armées du Val de Grâce.

• Dominique Doyon, Professeur de Radiologie. CHU Kremlin Bicêtre – CIERM, Université Paris-Sud.

• Bernard Duhamel, Professeur, membre de l’Académie de Chirurgie, Expert national.

• Jean-Paul Francke, Professeur d’Anatomie et Organogenèse, Faculté de médecin Lille 2.

• Charles Frèche, Professeur.

• Yves Guerrier, Professeur d’Oto-rhino-laryngologie et de pathologie cervico-faciale. Membre national de l’Académie de médecine.

• Philippe Halimi, Professeur de Radiologie. Centre Hospitalier Boucicaut, Paris.

• Claude Libersa, Professeur d’Anatomie et Organogenèse. Faculté de médecin Lille 2.

• Jean-Claude Libersa, Professeur de pathologie et thérapeutique dentaires. Faculté de médecin Lille 2.

• J.L Sarrazin, Docteur de Neuro-radiologie. Hôpital des Armées du Val de Grâce.

• Vladimir Struncki, Professeur d’Oto-rhino-laryngologie. CHU d’Amiens.

• Raphaël Trompier, Exploration fonctionnelle. CHU d’Amiens.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez aussi

Les prothèses auditives par voie osseuse, ostéo-intégration

Les prothèses auditives par voie osseuse, ostéo-intégration4.7 (94.95%) 111 vote[s] L’appa…