toutes les prothèses auditives préréglées se valent-elles ?
Toutes les prothèses auditives pré-réglées se valent-elles ?
4.6 (92.12%) 236 votes

Dans un article précédent, nous évoquions les différences et les points communs entre ce que l’on appelle communément un « assistant d’écoute » et une prothèse auditive. Nous en profitions pour rappeler que la naissance du marché du pré-réglé, en 2010, n’avait été rendue possible que parce que l’offre alors existante ne répondait pas ou peu à la demande. En effet, les audioprothésistes, en situation de monopole et dans l’obligation légale d’ajuster une aide auditive avant de la vendre, commercialisaient (et le font toujours) leurs produits à des prix jugés exorbitants, freinant de ce fait l’achat d’un appareillage auditif chez les personnes ressentant une gêne ponctuelle, devant la télévision, au restaurant. Dans les faits, les audioprothésistes n’ont pas su distinguer, dans leur gamme de produits et de services, ceux destinés aux pathologies lourdes et ceux destinés aux pertes auditives légères à modérées (la presbyacousie). Ainsi, par exemple, ils ont généralisé :

  • La vente de contours d’oreille (80% des ventes actuelles), indispensables pour des pathologies lourdes, à l’ensemble des individus alors même qu’une personne d’une soixantaine d’années, avec une presbyacousie débutante préférerait une aide auditive invisible ;
  • Un service de suivi dans le temps, payable d’avance par le consommateur. Ici encore indispensable pour des pathologies lourdes, ce service ne l’est pas pour des pertes légères à modérées qui, rappelons-le, représentent 88% des pertes auditives actuelles et dont les personnes concernées préféreraient sans doute faire appel, seulement si nécessaire, à un professionnel de leur choix et payer ainsi moins cher (jusqu’à 40%) l’appareillage initial.

La société Sonalto a donc proposé, en 2010, l’assistant d’écoute Octave, vendu aujourd’hui dans un réseau de pharmacies (une cinquantaine, en France). Dans la foulée, une multitude de marques se sont précipitées sur ce marché, proposant des aides auditives pré-réglées à destination des 5 millions de français qui refusent l’appareillage auditif traditionnel, considérant qu’ils « n’en sont pas à ce stade de surdité » et « ne veulent pas en arriver à mettre une telle fortune pour entendre la télé ». Le marché du pré-réglé a de (très) beaux jours devant lui, davantage encore depuis la réforme du RAC0. Face à cet essor et la pluralité de l’offre, une question se pose : toutes les aides auditives pré-réglées se valent-elles ?

Les acteurs sur le marché du pré-réglé

Plusieurs acteurs se sont positionnés sur le marché de l’aide auditive pré-réglée, chacun avec une ambition et une stratégie différente. On distingue :

Les nouveaux entrants

Il s’agit de nouvelles sociétés, spécialisées sur l’appareillage auditif pré-réglé, qui disposent de véritables connaissances, soit sur les pathologies de l’oreille et les troubles auditifs, soit sur la prévention auditive. La qualité de leurs produits et la satisfaction de leurs utilisateurs sont sans équivoque. Elles cherchent à « casser » les codes de l’appareillage auditif comme le comportement d’achat des consommateurs. On leur doit la dédramatisation de l’appareillage auditif et pour cause : leur ambition (et la raison de leur arrivée sur ce marché) est d’apporter une solution efficace au non appareillage des français. Elles agissent avec des valeurs sociétales. Parmi elles, les plus importantes sont :

  • Sonalto – Société qui a crée le marché du pré-réglé en 2010, en lançant l’assistant d’écoute contour d’oreille Octave sur les conseils d’un médecin ORL. Depuis rachetée par Urgo – qui communique très peu à ce sujet car, pour 97% des français, la notoriété de la marque Urgo est le pansement – cela lui a toutefois permis de mettre en place un plan de communication national, notamment en télévision. Sonalto a permis de lever le frein financier à l’appareillage auditif et est une solution auditive qui séduit depuis maintenant 8 ans.

  • Seriniti – Société récente (2016) et familiale, fondée par des enfants de médecin ORL, Seriniti excelle dans son domaine : les troubles auditifs, les pathologies de l’oreille, la prévention quotidienne et dans la pratique de certains sports. Dans la foulée de Sonalto, Seriniti propose une aide auditive – Orison – peu onéreuse, mais ajoute à son offre un critère non négligeable : l’invisibilité. Pendant deux années, la société a travaillé en étroite collaboration avec des ORL, un ingénieur malentendant et un audioprothésiste, afin de mettre au point une courbe d’amplification qui répond avec finesse aux troubles auditifs presbyacousiques. Avec une signature forte « Orison, l’aide auditive de ceux qui n’en veulent pas », Seriniti dédramatise totalement l’appareillage auditif, pensé comme « le gadget que les moins de 50 ans vont vous envier ». La société travaille également au quotidien avec des ORL hyperbares pour la prévention auditive dans la pratique de la plongée, en scaphandre autonome et en apnée.

  • Alvis Audio – Petite structure spécialisée dans la protection auditive, particulièrement pour les motards, les chasseurs et les personnes pratiquant le tir, Alvis Audio s’est lancée dans l’offre pré-réglée en 2016 avec une gamme d’appareils auditifs contour d’oreille et intra-auriculaire. S’il reste difficile de connaître les caractéristiques techniques de ses produits d’amplification des sons, l’ajout d’une option « Tir » est très intéressante pour un public ciblé et témoigne d’un savoir-faire évident dans le domaine de la protection auditive.

Les grands groupes

Parmi eux, on trouve Urgo – qui a racheté Sonalto, mais aussi Darty, Beurer et Evolupharm. Le positionnement de ces grands groupes sur le marché du pré-réglé suit des stratégies bien différentes.

Urgo, on l’a vu, se fait très discret sur son rachat de Sonalto, peu désireux que sa notoriété « pansement » impacte négativement l’image de Sonalto (précurseur sur le marché). Il en est de même pour Darty, qui ne communique pas du tout sur sa marque propre, Sonhaut, ne souhaitant pas que sa notoriété « électroménager » impacte négativement l’image de Sonhaut, qu’il souhaite positionner comme un « spécialiste de l’audition ».

Beurer, groupe allemand disposant d’une forte renommée médical auprès des professionnels et Evolupharm, groupement de quelques 1 600 pharmacies françaises, agissent, eux, en toute transparence, souhaitant, à l’inverse, que leur réputation acquise ultérieurement (sur des sujets tout autre que l’audition) rejaillisse sur leurs offres pré-réglées respectives. Pourtant, lorsqu’on analyse plus en détails les produits proposés par Darty, Beurer ou Evolupharm, l’absence (voulue ?) de communication sur les caractéristiques techniques laisse songeur et amène à penser que ces mastodontes se positionnent davantage sur une opportunité de marché qu’avec de réelles connaissances techniques en la matière.

Les audioprothésistes

Certaines enseignes d’audioprothésistes, comme Audition Conseil, initialement réfractaires à l’offre pré-réglée, commencent à s’y mettre. On ne peut qu’apprécier ce virage et regretter, bien sûr, qu’il n’ait pas été pris plus tôt. Réfractaires, certainement parce que l’offre pré-réglée se passe de leur savoir-faire : le produit étant, d’une part, réglé en amont par le fabricant et, d’autre part, la courbe d’amplification de l’appareil n’étant pas issue d’un travail de réflexion de l’enseigne (ou des enseignes) mais de celui du fabricant. En somme, c’est un appareil auditif pré-réglé comme les autres, mais on peut pourtant lire, chez Audition Conseil « enfin un assistant d’écoute invisible et recommandé par des spécialistes. » On serait tenter d’ajouter : Oui, enfin !

Ces enseignes voient probablement, dans l’offre pré-réglée, la possibilité d’attirer une clientèle qui leur a toujours tourné le dos et la nécessité de suivre l’évolution du marché car, rappelons-le, le pré-réglé s’adresse à 88% de la population malentendante tandis que le véritable savoir-faire d’un audioprothésiste s’adresse aux pathologies sévères, dont le nombre est (fort heureusement) bien plus réduit : en d’autres termes, il s’agit là d’une action qui, au regard de l’évolution du marché, est indispensable pour eux, se réinventer ou mourir (nous sommes désolés d’utiliser une telle expression, mais la dureté de ce constat vient du marché, non d’une opinion personnelle).

Les bases de notre étude comparative

Afin d’apporter des éléments de réflexion fiables, nous avons pris en considération différents points qui nous semble fondamentaux.

1. Nous avons distingué les appareils auditifs de type contour d’oreille des appareils auditifs de type intra auriculaire. En effet, nous considérons que, même s’il s’agit, dans les deux cas, d’appareils auditifs, il ne s’agit pas du tout du même produit. La restitution des sons amplifiés par ces deux types d’aides auditives est très différente. En effet :

  • Une aide auditive contour d’oreille n’utilise pas l’oreille humaine, elle la contourne. Sur ce type d’appareil auditif, le micro se situe derrière le pavillon de l’oreille et les sons captés par ce dernier sont ensuite guidés vers le conduit auditif via un tube transparent qui passe au dessus de l’oreille. Quelles sont les conséquences de ce long chemin anti anatomique ?
    • Un décalage entre les sons captés (derrière l’oreille) et les sons restitués au conduit auditif,
    • Un effet stéréo inexistant dans le cas du port d’un seul appareil (le pavillon de l’oreille n’est pas utilisé),
    • Une priorité d’amplification donnée aux sons qui se situent derrière l’individu (derrière le pavillon d’oreille, c’est à dire face au micro).

contour d'oreille, intra auriculaire : comment choisir sa prothèse auditive ? Guide d'achat complet.

  • Une aide auditive intra conduit utilise l’oreille humaine. Positionné dans le conduit auditif, l’appareil intra auriculaire utilise le pavillon de l’oreille, dont le rôle est de capter et d’amplifier naturellement les sons pour les guider vers le conduit auditif où ils seront amplifiés par l’appareil avant d’atteindre le tympan. Quelles sont les conséquences de ce chemin ?
    • Une très grande discrétion lors du port de l’appareil,
    • Une restitution des sons sans aucun décalage entre ceux captés par le micro (utilisation du pavillon) et ceux restitués au conduit auditif et au tympan,
    • Un effet stéréo immédiat, même dans le cas du port d’un seul appareil.

audioprothèse intra conduit et contour d'oreille, sur-mesure et préréglée : comment choisir ?

2. Nous avons analysé les caractéristiques techniques suivantes, fondamentales :

  • Le nombre de canaux de fréquences. Une perte auditive presbyacousique porte sur les fréquences aiguës (2000Hz, 4000Hz, 6000Hz, 8000Hz). En théorie, une aide auditive disposant donc de 4 canaux de fréquences pourrait être un bon compromis. Il est cependant rare qu’une perte auditive sur les fréquences aiguës ne s’accompagne pas également d’une perte auditive, aussi légère fut-elle, sur les fréquences graves. Ainsi, un appareil auditif disposant de plus de 4 canaux de fréquences permet de couvrir également le spectre des graves. Certaines aides disposent de 6 canaux, 8 canaux, 9 canaux de fréquences. Au regard de l’offre pré-réglée et des besoins d’une personne presbyacousique, notre préférence en terme de confort auditif porte sur les aides disposant de 12 canaux de fréquences : ainsi, fréquences graves et aiguës sont couvertes de manière cohérente et harmonieuse. Le ressenti est plus agréable, voire naturel.

  • Les fréquences couvertes. Certains appareils auditifs pré-réglés arrêtent l’amplification sur la fréquences 5000Hz (Beurer), d’autres la porte jusqu’au 8000Hz (Seriniti). Au regard des besoins d’un presbyacousique, notre préférence porte, bien sûr, sur les aides auditives couvrant le spectre total des fréquences aiguës (2000Hz, 4000Hz, 6000Hz, 8000Hz), avec une harmonisation sur les graves.

 

  • La réduction du bruit ambiant. C’est une caractéristique fondamentale à prendre en compte pour les personnes concernées. En effet, dans le cas d’une presbyacousie, les fréquences aiguës – qui sont celles de la vie de tous les jours, des voix de femmes, des enfants – sont lésées et les graves conservées : la personne a donc des difficultés à entendre dans un lieu bruyant, suivre une conversation par téléphone ou les dialogues à la télévision. Pourquoi ? Parce que le fond sonore, grave, est intacte (ou presque) tandis que les voix, aiguës, sont mal perçues du fait de la perte auditive. Il est donc primordial de s’assurer qu’en plus d’amplifier les bonnes fréquences, l’appareil auditif sélectionné réduit également le bruit ambiant, ce qui viendra optimiser la bonne compréhension de la parole, au quotidien. Notre préférence à ce sujet va vers les appareils auditifs qui réduisent le bruit d’au minimum 10dB et jusqu’à 15dB.

 

  • L’amplification maximum. Une perte auditive devient gênante dès qu’elle atteint 30dB (sur les fréquences aiguës) : 30 décibels de perte est une indication d’appareillage auditif, pour un médecin ORL. En conséquence, il est judicieux – vous le comprenez – d’opter pour un appareil auditif qui amplifie au moins jusqu’à 30dB, voire jusqu’à 35dB, afin de ramener la courbe de perte auditive à un niveau d’audition qui ne nécessite pas d’appareillage auditif. Si nous reprenons notre courbe presbyacousique précédente en y ajoutant, avec une flèche rouge, une augmentation de 33dB (nous avons coupé entre 30dB et 35dB) sur les fréquences aiguës (ici, 2000Hz, 4000Hz, 8000Hz), vous comprenez aisément que la personne se sente immédiatement mieux en portant cet appareillage auditif. Lorsque l’on considère les aides auditives de type contour d’oreille, pour les raisons évoquées précédemment, 30dB est un minimum pour que la personne ressente une différence à l’appareillage, du fait même du traitement long des sons. À l’inverse, dans le cas d’un intra conduit, la restitution des sons étant en parfaite proximité tympanique, le ressenti est excellent même si l’appareil auditif n’amplifie que jusqu’à 20 décibels. Dans tous les cas, il est préférable que le volume d’amplification soit le plus large possible, c’est à dire du minimum (5dB à 10dB) à 30dB voire 35dB, ce qui permettra de couvrir à la fois tous les degrés de presbyacousies (naissantes à modérées) et toutes les situations sonores du quotidien.

  • La distorsion des sons. La distorsion des sons désigne les modifications indésirables d’un son, modifications qui ne sont ni un gain, ni une réduction, ni un décalage. Elle est inévitable, particulièrement quand les sons sont amplifiés. Or le rôle d’un appareil auditif est, bien sûr, d’amplifier les sons mais également de les restituer avec le plus d’exactitude possible. L’avantage du traitement numérique du signal (les appareils auditifs d’aujourd’hui sont des appareils numériques) réside dans la possibilité de transmettre les sons sans grande distorsion. Un autre point également : il s’agit ici d’appareils qui n’amplifient pas les sons de manière importante (30dB à 40dB max.) : la distorsion est donc, de ce fait, relativement faible. On privilégiera cependant les appareils qui mentionnent cette caractéristique et pour lesquels la distorsion est inférieure ou égale à 0,3%.

 

  • Le système anti-Larsen. L’effet Larsen est un phénomène involontaire désigné en anglais sous le terme « feedback » signifiant « rétroaction, réaction, action en retour, bouclage ». L’effet Larsen se produit lorsque l’émetteur amplifié et le micro d’un appareil sont proches : le Larsen est donc présent sur les appareils auditifs intra auriculaire mais pas ou peu sur les contours d’oreilles. Il existe sur tous les intra auriculaires, par leur nature même et cela indépendamment du prix que vous investissez dans votre appareil. Il s’agit d’un son qui, émis par l’émetteur, est capté par le micro qui le retransmet, amplifié à l’émetteur jusqu’à former une boucle de son augmentant progressivement en intensité jusqu’à atteindre les limites de l’appareil. Tous les appareils auditifs disposent aujourd’hui d’un système anti-Larsen. Il faudra cependant vérifier que cela est bien précisé dans les caractéristiques techniques de l’appareil.

 

  • La prise en main de l’appareil. Un appareil auditif pré-réglé doit être de prise en main simple, car, en vente libre, il peut être commercialisé partout, en GMS, sur Internet, dans les enseignes Hi-Tech : c’est son but. Raccourcir le délai à l’acquisition, lever les freins financier à l’achat, permettre l’autonomie de l’utilisateur. Le consommateur non guidé par un quelconque professionnel lors de cette étape, doit pouvoir se débrouiller seul sans que cela ne pose le moindre problème. S’il devait y avoir un souci, il doit pouvoir contacter quelqu’un, afin d’être guidé. Nous avons donc testé également ce critère là, qui nous semble tout aussi fondamental que les autres. Pourquoi ? Car si l’appareil est qualitatif et sa prise en main immédiate, alors il devient une solution fabuleuse pour des millions de personnes en France.

Étude comparative : les appareils auditifs contours d’oreille

Notre étude comparative sur les appareils auditifs pré-réglés contours d’oreille porte sur les appareils suivants :

  • Octave, de Sonalto
  • Alvis ALD 410 mini contour, de Alvis Audio
  • Beurer HA20 et HA50, de Beurer
  • Sonhaut AER15, AEG15 et DE15, de Darty
  • Audibest by Louis, d’Evolupharm

Octave, de Sonalto

Derrière Octave – ou plutôt derrière Sonalto – se cache donc Urgo, nous l’avons évoqué. Cela nous permet, d’une part, de comprendre pourquoi Octave n’est vendu qu’en pharmacie (et sur Internet) et, d’autre part, de s’étonner qu’Octave ne soit vendu que dans une cinquantaine de pharmacies.

Octave est vendu 299€ par oreille pour sa version initiale (commercialisée depuis 2010) et 100€ plus cher (soit 399€ par oreille) pour sa version rechargeable, qui permet 16 heures d’autonomie. Octave bénéficie de la norme CE et est donc considéré comme un dispositif médical.

Les caractéristiques techniques du produit sont les suivantes :

  • Canaux de fréquences : la courbe de gain d’Octave, informe que l’appareil auditif dispose de 12 canaux de fréquences. C’est très bien, nous l’évoquions précédemment, c’est tout ce qu’il faut à une personne presbyacousique.
  • Fréquences couvertes : de 650Hz à 6500Hz. Octave ne couvre pas tout le spectre des aiguës (jusqu’à 8000Hz), c’est dommage, mais son amplification reste bonne et agréable.

  • Réduction du bruit ambiant : Octave ne réduit pas le bruit ambiant. Cela est regrettable car, dans le cas d’un contour d’oreille, le micro, placé derrière le pavillon, capte les bruits de la rue et le brouhaha ambiant au détriment, souvent, de ce qui se passe devant la personne. La réduction du bruit ambiant comme un micro multi-directionnel sont des éléments indispensables sur des appareils auditifs de type contour d’oreille.
  • Amplification maximum : 20dB. C’est ce qui autorise Octave à être vendu en pharmacie (la Loi autorise la vente libre en pharmacie des assistants d’écoute pré-réglés qui amplifie jusqu’à 20dB maximum). Un contour d’oreille qui amplifie à 20dB sans réduction du bruit ambiant s’adresse plus particulièrement à des personnes ressentant une gêne très ponctuelle, vraiment naissante.
  • Distorsion des sons : elle varie de 0,1% à 0,8%. À l’utilisation, cela ne gêne absolument pas, particulièrement parce que l’amplification est relativement faible (20dB).
  • Prise en main : pas de difficulté majeur à la prise en main du produit. Attention en cas de port de lunettes, l’appareil peut être gênant (il bouge dès que l’on retire ses lunettes). Le consommateur peut être guidé par un pharmacien s’il se rend dans l’une des pharmacies partenaires. Un bémol cependant sur l’offre « 30 jours d’essai gratuit » : nous n’en avons eu que 7 pour essayer Octave (le délai de rétractation légal dans un point de vente physique), dans la pharmacie où nous nous sommes rendus. C’est donc une information à faire valider avant achat, par le pharmacien directement.

Ce que l’on en pense : Octave est un bon appareil auditif pour les gênes naissantes. L’amplification générale est agréable et le produit léger. Sa prise en main est très simple et l’utilisateur peut, au besoin, être guidé par un professionnel de santé. Pour des pertes auditives plus prononcées, Octave ne permet pas à l’utilisateur de ressentir une réelle différence ou une meilleure compréhension de la parole ; son port peut même être gênant, car l’amplification des bruits parasites (bruit du vent passant sur le micro) peut rendre encore plus difficile la bonne compréhension d’une conversation. Sans lunettes, il ne gêne pas. Avec les cheveux longs, il est relativement discret.

Alvis ALD 410 mini contour, de Alvis Audio

L’aide auditive contour d’oreille Alvis ALD 410 est vendue chez quelques pharmaciens (non référencés sur le site internet) et en ligne. Elle ne bénéficie pas de la norme CE et n’est donc pas considérée comme un dispositif médical.

Ce mini contour est vendu 299€ par oreille et 324€ pour la version qui intègre une option tir (dont les spécificités techniques ne sont pas précisées).

Les caractéristiques techniques de l’appareil auditif mini contour Alvis ALD 410 ne sont pas mentionnées sur le site d’Alvis Audio et ne sont disponibles nulle part. Nous sommes dans un cas de figure particulier, dans lequel il est impossible de savoir ce que l’on achète ni à qui le produit s’adresse, ce qui est regrettable (nous actualiserons cet article si ces informations techniques venaient à être publiées par Alvis Audio), d’autant plus que l’option Tir est intéressante et semble se destiner à des personnes spécifiques (qui pratiquent le tir, la chasse voire la moto).

L’appareil dispose de 10 niveaux d’écoute, c’est à dire que l’utilisateur peut faire évoluer le volume, de 2dB à chaque pression, 10 fois de suite, vers une amplification maximale de 20dB (vente en pharmacie) : nous nous retrouvons dans un cas similaire à Sonalto, avec un produit destiné aux pertes naissantes. Nous ignorons le spectre de fréquences couvertes par l’appareil et s’il propose une réduction du bruit ambiant. La prise en main de l’appareil est similaire à celle de Sonalto.

Ce que l’on en pense : Il est difficile sinon impossible de conseiller l’achat d’un produit dont les informations techniques fondamentales sont inconnues. Les éléments disponibles nous permettent simplement de rapprocher cet appareil auditif de celui de Sonalto sur 2 points :

  • Les personnes auxquelles ils s’adressent : l’aide auditive contour d’oreille Alvis ALD 410 semble convenir aux gênes auditives naissantes. Une meilleure communication sur les caractéristiques de l’option Tir permettrait également de toucher un public plus large, aux centres d’intérêts définis (tir, chasse, moto) ;
  • La prise en main de l’appareil est simple.

Beurer HA20 et HA50, de Beurer

Beurer est un groupe allemand, fondé en 1919, qui jouit d’une présence mondiale dans 100 pays : très présent en Europe, Beurer bénéficie aussi d’une visibilité en Asie et en Amérique du Nord. Ce sont ses produits médicaux ciblés (tensiomètre, mesure de la glycémie, appareils ECG et oxymètres de pouls, simulation électrique TENS / EMS) qui ont fait son succès auprès des professionnels de la santé. Beurer a ensuite diversifier sa gamme auprès du grand public, avec des offres Beauté, Bien-être, Soin du bébé. En 2015, Beurer se lance dans l’aide auditive pré-réglée avec les appareils auditifs contour d’oreille Beurer HA20 et Beurer HA50.

En France, les appareils auditifs Beurer sont vendus chez Boulanger. Le contour d’oreille Beurer HA20 est vendu à moins de 30€ et le contour d’oreille Beurer HA50 est vendu à moins de 40€. Considérés comme des dispositifs médicaux (car ils bénéficient de la norme CE), nous précisons d’emblée que, même s’ils « font le job » à un prix bien plus qu’acceptable, il ne faut pas en attendre des merveilles.

  • Canaux de fréquences : non précisé, ni pour le HA20, ni pour le HA50.
  • Fréquences couvertes : le HA20 amplifie sur les fréquences allant de 200Hz à 5000Hz et le HA50 amplifie sur les fréquences allant de 100Hz à 6000Hz. En terme de fréquences couvertes le HA50 couvre donc davantage les aiguës que le HA20, néanmoins l’amplification s’arrête encore plus tôt que Sonalto (6500Hz) et ne va pas jusqu’au bout des aiguës, le 8000Hz. C’est dommage.
  • Réduction du bruit ambiant : pas de réduction du bruit ambiant. Il est précisé que ces deux appareils « amplifient le volume de tous les sons, aussi bien en intérieur qu’en extérieur ». À l’utilisation, le problème de mauvaise compréhension dans un environnement bruyant n’est pas solutionné mais amplifié. Le port peut être très désagréable.
  • Amplification maximum : 40dB, ce qui est bien, particulièrement avec un contour d’oreille. Ce niveau d’amplification aurait été particulièrement performant s’il avait été couplé à une réduction du brouhaha ambiant.
  • Distorsion des sons : non précisé.
  • Prise en main : pas de difficulté majeur à la prise en main du produit. Attention il est impossible de porter des lunettes avec ces appareils auditifs, ce qui est dommage car un tel niveau d’amplification convient aux personnes âgées, porteuses de lunettes. La taille (conséquente) des appareils les rend facilement manipulables pour ces mêmes personnes.

Ce que l’on en pense : Ces dispositifs, commercialisés à des prix extrêmement bas, peuvent servir de produit d’appoint, dans l’attente d’un appareil plus fin ou d’une réparation. Ils peuvent également être une solution alternative pour une personne qui refuserait catégoriquement l’appareillage auditif : à ce prix là, le test ne coûte pas grand chose. Attention toutefois à ce que leur utilisation ne détourne pas la personne touchée par une gêne auditive, de l’appareillage, par rejet esthétique ou pensant que toutes les amplifications des différents appareils auditifs se valent.

Sonhaut AEG15, AER15 et DE15, de Darty

Sonhaut se décrit comme « le spécialiste des solutions auditives (…) Une entreprise reconnue et appréciée pour proposer aux personnes souffrant de troubles de l’audition une large gamme d’appareils auditifs sans ordonnance afin d’améliorer de manière simple et efficace leur quotidien. » La société mentionnait travailler avec une personne sourde pour la mise au point de ses produits, l’information a aujourd’hui été retirée des supports de communication. Qui se cache derrière Sonhaut ? Darty et, par le jeu des fusions acquisitions, La Fnac.

Sonhaut propose plusieurs appareils auditifs contours d’oreille, à des prix différents.

=> Le contour d’oreille AEG15, vendu à moins de 90€. Pas de précision sur la norme CE.

Nous ne disposons d’aucune information technique sur cet appareil, impossible donc de savoir ce que l’on achète. Un bon point pour l’appareil : le traitement analogique des sons, qui change de ce que l’on voit sur le marché (numérique) et permet une restitution agréable.

=> Le contour d’oreille AER15, vendu à moins de 200€. Pas de précision sur la norme CE.

Ici aussi, aucune information sur l’appareil auditif, il n’est donc pas possible de savoir ce que l’on achète et à qui cela est destiné. L’appareil auditif est rechargeable avec un système USB et permet une autonomie de 20heures (soit 4 heures de plus que l’appareil auditif Sonalto).

=> Le contour d’oreille DE15, vendu à moins de 200€. Pas de précision sur la norme CE.

Comme pour le reste de sa gamme de produits, aucune caractéristique technique n’est mentionnée sur cet appareil.

Ce que l’on en pense : Il est impossible de connaitre les différences entre les appareils proposés par Darty, ni de savoir à qui ces derniers s’adressent. Il nous semble dommage qu’un « spécialiste de l’aide auditive » ne mentionne aucune caractéristique technique de ses produits, afin de mieux guider le consommateur dans l’achat de ces derniers. Nous ne pouvons donner qu’un seul bon point concernant cette gamme : le traitement analogique du signal sur l’appareil AEG15. Pour autant, l’opacité sur les canaux de fréquences, le volume d’amplification et l’absence de réduction du bruit ambiant n’encourage pas à l’achat, d’autant plus qu’aucune précision sur la norme CE ne vient « verrouiller » la qualité du matériel. Nous actualiserons cet article si Darty venait à publier les données techniques de ses produits auditifs.

Audibest by Louis, d’Evolupharm

L’appareil auditif Audibest by Louis est commercialisé par Evolupharm. Initialement centrale d’achats pour les laboratoires et les pharmaciens d’officine, Evolupharm développe progressivement certains produits. Très présent sur le territoire national, Evolupharm est un groupement de pharmacies qui comprend 1 600 adhérents. Il est estimé que 300 pharmacies adhérentes proposent à la vente l’appareil auditif Audibest by Louis. Audibest by Louis est donc le principal concurrent de Sonalto sur le marché du contour d’oreille pré-réglé disponible en pharmacie.

Audibest by Louis est un appareil auditif contour d’oreille commercialisé en Février 2018 et vendu au prix de 239€ par oreille. Il dispose de la norme CE et est, de ce fait, considéré comme un dispositif médical.

  • Canaux de fréquences : non précisé.
  • Fréquences couvertes : non précisé.
  • Réduction du bruit ambiant : il est mentionné que l’appareil réduit le bruit ambiant, ce qui est une bonne chose, cependant nous ne savons pas à quel niveau. Nous préconisons une réduction comprise entre 10dB et 15dB.
  • Amplification maximum : 35dB, ce qui est très bien pour un contour d’oreille mais qui, en théorie, ne devrait pas permettre la vente de cet appareil auditif en pharmacie.
  • Distorsion des sons : non précisé.
  • Prise en main : pas de difficulté majeure à la prise en main du produit. Attention, en cas de port de lunettes, l’appareil peut gêner.

Evolupharm a bénéficié d’une grande publicité en créant un « buzz » marketing : la prise en charge de son appareil auditif par la Sécurité Sociale. La Sécurité Sociale ne prend en charge les appareils auditifs que si ces derniers sont vendus avec une adaptation (ce qui n’est pas le cas d’Audibest, étant pré-réglé) et un service de suivi dans le temps (de ce fait, seuls les appareils auditifs traditionnels, vendus et ajustés par un audioprothésiste, sont pris en charge). La Sécurité Sociale a refuté la possibilité d’un remboursement de l’appareil auditif Audibest by Louis. Dans les faits, il n’est pas rare de constater que toutes les aides auditives pré-réglées bénéficiant de la norme CE sont de plus en plus prises en charge, officieusement, par les mutuelles.

Ce que l’on en pense : Malgré des informations techniques manquantes, notre test terrain s’est avéré concluant. Audibest by Louis est un bon appareil auditif et se destine aux personnes ressentant des gênes légères à modérées. Son amplification maximum va plus loin que Sonalto et Alvis Audio, lui permettant d’apporter une réponse aux personnes dont la perte auditive a évolué depuis l’achat de l’une de ces deux références.

En conclusion

Il semble qu’une grande vigilance du consommateur soit nécessaire dans l’analyse de l’offre actuelle des aides auditives contour d’oreille pré-réglées. Les informations techniques des appareils auditifs sont souvent manquantes ou noyées sous des arguments marketing sans fondement réel :

  • « Premier assistant d’écoute vendu en pharmacie » clame Sonalto pour parler d’Octave. Est-ce que cela signifie qu’Octave est l’assistant d’écoute le plus vendu, le plus apprécié et celui de meilleur qualité ? Non, cela signifie littéralement qu’Octave est le premier assistant d’écoute à avoir été vendu en pharmacie (2010) et que cette offre a crée le marché. Dans les faits, Octave n’est vendu que dans une cinquantaine de pharmacies et peine à élargir son réseau, malgré le pouvoir de négociation potentiel d’Urgo auprès des officines ;
  • « Spécialiste de l’audition (…) reconnu et apprécié » souligne Sonhaut, évitant dans le même temps d’être apparenté à Darty, avant tout spécialiste de l’électroménager. Ce manque de connaissances techniques dans le domaine de l’audition serait-il un début d’explication dans la pauvreté des informations fournies sur les fiches des différents produits de Sonhaut ? Nous regrettons un mélange des métiers avec le seul objectif de se positionner sur un marché porteur au détriment d’un besoin réel du consommateur qui ne doit pas mettre tout et n’importe quoi dans ses oreilles ;
  • « Pris en charge par la Sécurité Sociale » revendique EvoluPharm, avant d’être réfuté par cette dernière.

Nous apprécions :

  • Le traitement analogique de l’appareil AEG15 de Sonhaut (mais regrettons du coup, l’absence d’information sur la distorsion des sons, entres autres),
  • L’option Tir d’Alvis Audio, qui témoigne d’une envie de se démarquer en apportant un savoir-faire pour une cible précise (mais regrettons du coup, l’absence d’information technique sur cette option, entres autres),
  • La mise à disposition d’une fiche technique complète, claire et de lecture simple de Sonalto, témoignant d’une volonté réelle d’informer le consommateur,
  • La discrétion des mini contours Sonalto et Alvis Audio. Bien que l’appareil auditif puisse gêner en cas de port de lunettes, cette discrétion est pleinement appréciable pour le consommateur.

Nous regrettons un manque généralisé d’informations sur l’ensemble des produits commercialisés (Sonhaut / Darty ; Beurer ; Alvis Audio ; Audibest by Louis / Evolupharm).

Nous encourageons le consommateur à privilégier les appareils auditifs contours d’oreille pré-réglés disposant de 12 canaux de fréquences (Sonalto / Octave), avec une amplification portant la plus loin possible sur les fréquences aiguës (Octave est le seul à aller jusqu’à 6500Hz, même si cela nous semble encore insuffisant), disposant d’une amplification maximale de 35dB (Audibest by Louis / Evolupharm) et de la norme CE (Sonalto, Evolupharm).

Nous avertissons le consommateur sur le fait que son choix ne doit pas être défini par une quelconque modalité (trompeuse) de remboursement par la Sécurité Sociale, comme pourrait l’avancer Evolupharm : la Sécurité Sociale ne rembourse pas les appareils auditifs pré-réglés mais la majorité des mutuelles, en revanche, prennent en charge, de manière officieuse, les appareils auditifs pré-réglés qui disposent de la norme CE.

Étude comparative : les appareils auditifs intras auriculaires

Notre étude comparative sur les appareils auditifs pré-réglés intra auriculaires porte sur les appareils suivants :

  • Orison, de Seriniti
  • Alvis ALD 410 Intra, de Alvis Audio
  • Sonhaut AIM15 et SI15, de Darty
  • Oïdo, de l’enseigne d’audioprothésistes Audition Conseil

Orison, de Seriniti

L’appareil auditif intra auriculaire Orison est conçu et commercialisé par la société française Seriniti. Il a été mis au point au terme de 2 années de travail en collaboration avec des médecins ORL, un ingénieur malentendant et un audioprothésiste. Il est précisé, sur l’ensemble des supports de communication de la société, que sa fabrication est faite chez « l’un des leaders mondiaux de la prothèse auditive » et qu’il « intègre les mêmes composants et la même technologie numérique que des prothèses plus onéreuses ». Orison dispose de la norme CE. Au regard de la Loi, il peut donc parfaitement être considéré comme un dispositif médical, mais la société précise « dispositif non médical » : un pas de plus vers la dédramatisation de l’appareillage auditif ?

Orison est vendu 299€ par oreille sur le site Internet de la marque. Son prix peut varier, de 299€ à 330€ auprès d’un réseau d’une quarantaine d’opticiens partenaires, qui guident l’utilisateur sur la prise en main au besoin. Contactée par téléphone (au cours d’un test de prise en main), la société reste relativement discrète sur ses objectifs de développement et sa stratégie de communication, se contentant de préciser que « le bouche à oreille, la recommandation des ORL et le mécontentement des gens sur l’appareillage traditionnel sont nos meilleures sources de vente. Nous misons peu sur la publicité, beaucoup sur l’humain ».

La fiche produit (très documentée) d’Orison précise les caractéristiques techniques suivantes :

  • Canaux de fréquences : 12 canaux de fréquences. C’est excellent : cela couvre à la fois les graves et les aiguës, ce qui permet un ressenti très naturel dans la restitution des sons (d’autant plus que l’appareil est un intra conduit, qui utilise l’oreille humaine, nous en parlions en début d’article).
  • Fréquences couvertes : 200Hz à 8000Hz. Un bon point ici aussi, car l’amplification va jusqu’au bout des fréquences aiguës. C’est le seul appareil auditif pré-réglé testé qui porte aussi loin : Orison est particulièrement bien pensé pour les pertes auditives presbyacousiques. La société met à disposition un graphique mettant en valeur les pertes auditives couvertes par Orison : elles représentent toutes les pertes presbyacousiques inférieures ou égales à 70dB, c’est à dire la majorité des personnes concernées.

  • Réduction du bruit ambiant : 13dB, encore un bon point. Nous avons expliqué précédemment en quoi cette caractéristique était importante et avions également précisé qu’une réduction comprise entre 10dB et 15dB était idéale. C’est le cas avec Orison.
  • Amplification maximum : de 10dB à 33dB. Le spectre d’amplification est large, cela permet à l’appareil de répondre aussi bien aux besoins des pertes naissantes que des pertes auditives modérées. À l’utilisation, le changement d’amplification se fait par une molette rotative très discrète (qui peut toutefois être difficilement visible ou accessible pour les personnes âgées).
  • Distorsion des sons : < 0,2%. Nous préconisions de s’orienter vers un appareil mentionnant une distorsion inférieure à 0,3%, Orison est dans la norme. C’est un bon produit.
  • Système anti-Larsen : oui, automatique. Aujourd’hui, tous les appareils auditifs intra conduit de qualité propose cette solution. Pas de surprise à ce niveau là, donc.
  • Prise en main : la prise en main est relativement simple, néanmoins l’appareil (comme tous les intra auriculaires) est petit, ce qui peut nécessiter, pour les personnes âgées, une aide extérieure. Aucune difficulté à mettre l’appareil dans l’oreille. Un jeu de 3 embouts de tailles différentes (S, M et L) permet une adaptation immédiate au conduit auditif : cela peut prendre quelques minutes au démarrage. Au besoin, l’utilisateur peut être guidé par téléphone (ce que nous avons fait, prétendant ne pas nous en sortir) ou auprès d’un opticien partenaire. Un bémol similaire à Sonalto ici aussi : Seriniti précise que son offre « Satisfait ou Remboursé » s’étend sur 20 jours (pour l’achat via le site internet), nous n’en avons eu que 7 (délai de rétractation légale en point de vente physique) pour notre test auprès d’un opticien partenaire. C’est donc une information à faire préciser au moment de l’achat, par l’opticien concerné.

Ce que l’on en pense : L’appareil auditif Orison est particulièrement discret, puisqu’il se glisse dans le conduit auditif et, par son positionnement, la restitution des sons est excellente et naturelle. Les caractéristiques techniques de l’appareil en font une solution auditive de qualité, qui nous a apporté une grande satisfaction lors de notre test. Son spectre large d’amplification (10dB à 33dB) permet de répondre aux besoins des pertes naissantes à modérées et la réduction du bruit ambiant est éloquente. C’est, indiscutablement, un bon appareil auditif. Un bémol pour les personnes âgées : la petitesse du dispositif peut en rendre la manipulation délicate.

Alvis ALD 410 Intra, de Alvis Audio

Nous avons déjà parlé d’Alvis dans l’offre de contour d’oreille pré-réglé. La société dispose également d’un appareil auditif intra auriculaire, vendu au même prix que son appareil contour d’oreille : 299€ par oreille et 324€ par oreille avec l’option Tir en plus. Pas de norme CE.

Nous ne disposons pas plus d’information technique sur cet appareil auditif que sur le contour d’oreille, malheureusement. Il semblerait que le principe de réglage du volume soit exactement le même que sur l’appareil mini contour. Nous ne connaissons ni le nombre de canaux de fréquences, ni les fréquences couvertes, ni l’amplification maximum. La réduction du bruit ambiant, la distorsion des sons et le système anti-Larsen ne sont pas précisés. Nous restons donc dans le cas d’une opacité totale sur ce produit, incapable de savoir ce que nous achetons et pour qui il est destiné. Nous ne pouvons que regretter cette restitution partielle de l’information auprès du consommateur, particulièrement de la part d’une société qui dispose d’un savoir faire dans le domaine de la protection auditive. Nous nous engageons à actualiser cet article si les caractéristiques techniques devaient être publiées par Alvis Audio.

Sonhaut AIM15 et SI15, de Darty

Comme pour son offre de contour d’oreille, Darty propose un produit analogique et un produit numérique.

=> L’intra-conduit AIM15, vendu à moins de 110€, est l’offre analogique. Pas de précision sur la norme CE.

Nous ne disposons d’aucune information technique sur cet appareil auditif intra-auriculaire, ce que nous regrettons. Le consommateur ne sait donc absolument pas ce qu’il achète ni si cela peut lui convenir.

Il est dommage que cet intra conduit ne distingue pas oreille droite / oreille gauche : même s’il utilise, par son positionnement, l’oreille humaine, cette absence de distinction :

  • Peut entrainer des douleurs dans le canal auditif à l’utilisation prolongée,
  • Ne permet pas d’amener l’appareil au plus profond du conduit, pour une plus grande discrétion et une meilleure restitution des sons,
  • Expose le micro de l’appareil aux bruits parasites (vent, notamment). Aucun information, par ailleurs, sur la réduction du bruit et le système anti-Larsen, fondamental sur un intra-auriculaire.

Ce que l’on en pense : Comme le précise Darty, il s’agit d’un « appareil d’appoint », destiné à un port ponctuel. Nous le rapprochons des dispositifs auditifs de Beurer.

=> L’intra conduit SI15, vendu à 300€, est l’offre numérique. Pas de précision sur la norme CE.

Nous ne disposons pas d’information technique sur cet appareil auditif intra-auriculaire. Un bon point : la distinction oreille droite / oreille gauche, qui permet un plus grand confort à l’utilisation et qui est de coutume dans l’appareillage intra auriculaire.

Oïdo, d’Audition Conseil

Audition Conseil propose à la vente, depuis Janvier 2016, l’assistant d’écoute intra conduit Oïdo, vendu 199€ par oreille. Cette vente est exclusivement faite en point de vente physique, chez Audition Conseil, où le client bénéficie d’un test auditif à son arrivée (sur RDV).

Les caractéristiques techniques d’Oïdo ne sont que très partiellement communiquées :

  • Canaux de fréquences : non précisé.
  • Fréquences couvertes : non précisé.
  • Réduction du bruit ambiant : non précisé.
  • Amplification maximum : 4 programmes sont pré-réglés (6dB, 12dB, 18dB et 24dB), pour arriver à une amplification maximum de 24dB. C’est une amplification destinée aux pertes auditives naissantes (primo presbyacousies).

  • Distorsion des sons : non précisé.
  • Système anti-Larsen : actif.
  • Prise en main : l’appareil est exclusivement vendu en point de vente physique, l’utilisateur bénéficie donc des conseils d’un audioprothésiste sur la prise en main.

Ce que l’on en pense : C’est une bonne chose qu’un réseau d’audioprothésistes propose enfin à la vente un assistant d’écoute pré-réglé. Qui plus est, Oïdo est un bon assistant d’écoute, son amplification est agréable. Sa coque ergonomique est similaire à celle d’Orison et est très confortable dans l’oreille. Un bémol sur sa mise à disposition : l’audioprothésiste a procédé à un test auditif et nous a orienté, au regard de notre perte auditive, sur un appareil (bien) plus onéreux. Il a donc fallu que nous exigions l’appareil à 199€. Oïdo convient aux pertes naissantes.

Conclusion générale :

Notre premier ressenti est qu’il est dommage que l’offre d’aides auditives intra auriculaires pré-réglées soit si peu diversifiée sur le marché (comparée à l’offre de contour d’oreille pré-réglés), car l’intra-conduit est une solution :

  • Redoutablement efficace en termes de restitution des sons, nous l’avons évoqué. En utilisant l’oreille humaine, qui est l’amplificateur anatomique le plus perfectionné qui soit, l’appareil intra conduit permet :
    • Une spatialisation des sons,
    • Une restitution immédiate des sons,
    • Un confort d’écoute plus naturel,
    • Un effet stéréo même avec le port d’un seul appareil,
    • Un meilleur ressenti des utilisateurs d’aides auditives intra canal en comparaison aux aides auditives contour d’oreille.
  • Particulièrement demandée chez les presbyacousiques et cela à tous les âges, qu’ils aient 50 ans ou plus de 80 ans, du fait de la grande discrétion de cette solution auditive.

Nous regrettons également l’absence de données techniques sur les solutions d’Alvis Audio, de Darty et d’Audition Conseil, informations qui visent à mieux informer le consommateur et lui permettre d’arbitrer un choix éclairé en fonction de ses besoins. Ces informations auraient également permis une meilleure comparaison de l’ensemble de l’offre.

Nous apprécions :

  • L’offre analogique de l’AIM15 de Sonhaut, car c’est une alternative au numérique du marché,
  • La parfaite transparence de la société Seriniti, au regard des caractéristiques techniques de son produit, Orison, à travers des explications fournies, une fiche technique documentée et des infographies parlantes,
  • Le positionnement d’un réseau d’enseigne d’audioprothésistes sur le pré-réglé (même si nous regrettons avoir du exiger l’appareil).

Intra conduit VS contour d’oreille : que choisir ?

Indépendamment des points évoqués plus haut sur les différences entre ces 2 types d’appareils auditifs, il revient à l’individu de choisir l’appareil qui lui convient le mieux.

Adepte d’esthétisme, soucieux de discrétion, désirant une restitution naturelle des sons, orientez-vous vers un intra conduit, c’est encore la solution la plus efficace et la plus naturelle qui soit. Parce qu’il utilise l’oreille humaine, l’appareil auditif intra auriculaire vous apportera un confort d’écoute de grande qualité, de manière immédiate et sans besoin d’ajouter un micro multi-directionnel ou un réducteur de bruits parasites. D’autre part, vous ressentirez la stéréo même en ne portant qu’un seul appareil. Si vous vous orientez sur cette solution, nous vous recommandons Orison, de la société Seriniti. En effet, c’est un appareil qui :

  • Répond à tous les critères d’une prothèse auditive de qualité et, point important, répond à toutes les caractéristiques techniques des prothèses auditives de CLASSE I, jugées « d’excellente qualité » par le Gouvernement, dans le cadre de la réforme RAC 0,
  • Dont l’amplification s’adapte aussi bien aux gênes naissantes qu’à modérées, ce qui est garant d’un excellent rapport qualité / prix dans le temps (vous pourrez faire évoluer votre amplification en fonction de votre perte auditive sans avoir à changer d’appareil),
  • Dont la société – probablement assez sûre de la qualité de son produit – communique en parfaite transparence sur l’ensemble des caractéristiques techniques de ce dernier (et c’est la seule, ce qui vaut d’être souligné),
  • Est facilement joignable par téléphone en cas de demande, sans besoin de se déplacer : performance, qualité, autonomie.

Gardez en tête qu’une aide auditive intra conduit est petite : ainsi, si vous avec des difficultés à manipuler les objets de taille restreinte ou que vous n’avez pas une bonne dextérité manuelle, orientez-vous alors sur un contour d’oreille. D’autre part, si vos conduits auditifs sont très petits ou d’un morphisme atypique, cette solution vous conviendra également mieux. Si vous vous orientez sur un appareil auditif contour d’oreille, nous vous recommandons Audibest by Louis d’EvoluPharm. En effet, c’est un appareil qui :

  • Dispose d’une amplification très agréable et d’un volume d’amplification maximum nécessaire sur un contour d’oreille : 35dB,
  • Convient aussi bien aux gênes naissantes que modérées, ce qui est garant d’un excellent rapport qualité / prix dans le temps,
  • Est disponible dans un réseau de 300 pharmacies, donc très accessible régionalement si besoin d’être guidé sur la prise en main.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez aussi

Guide d’achat : comment choisir son appareil auditif quand on ne s’y connaît pas

Guide d’achat : comment choisir son appareil auditif quand on ne s’y connaît pas4.6 (91.4%…